Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hors compétition... enfin !

Hors compétition... enfin !

Mon parcours pour obtenir mon diagnostic...

Le dilemme de la solitude

Ces dernières semaines, le fait d'être en bonne voie pour obtenir mon diagnostic a fait que j'en ai parlé plus facilement aux personnes que je fréquentais (soit que je venais de rencontrer par une passion commune et avec qui je sympathisais, ou même que je connaissais déjà - et avec qui je partage une passion commune... évidemment !).

J'ai donc eu des échanges moins stressants (car le fait d'en avoir parlé me permettait d'avoir moins à « faire semblant d'être normale » et d'oser poser des questions quand je ne comprenais pas quelque chose - comme par exemple quand la personne change de sujet sans prévenir !).

J'ai donc eu beaucoup de relations avec d'autres personnes, et même si en tête-à-tête c'est moins fatigant qu'à 3 (ou plus), j'en ai plus que ma dose !

Le dilemme de la solitude

Je réalise à quel point j'ai bien du mal à trouver un équilibre entre les moments que j'ai envie de passer avec quelqu'un que j'apprécie beaucoup et les moments où je suis seule chez moi dans mon « cocon » paisible et rassurant :

=> d'un côté, j'ai longtemps souffert d'isolement, de relations qui ne tiennent pas dans le temps, donc mes besoins relationnels étaient insatisfaits, d'où ma tendance à vouloir passer du temps avec la personne que j'apprécie, à vouloir « profiter du moment présent »
(ces moments s'ajoutant à ceux où je côtoie des personnes par obligation...)

=> et en même temps, j'ai tant besoin de me retrouver seule, pour me retrouver tout court, pour me reposer de la surcharge d'informations, de l'effort intellectuel de comprendre ce qui se passe, pour pouvoir me mettre à l'écoute de ce que je ressens, pour écrire, pour m'adonner à mes intérêts spécifiques (que ce soit des recherches sur internet sur certains sujets, ou encore lire...).

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article