Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hors compétition... enfin !

Hors compétition... enfin !

Mon parcours pour obtenir mon diagnostic...

Être déloyale

Ce week-end j'ai lu un livre très intéressant « Ce que l'argent dit de vous » écrit par Christian Junod, un ancien banquier suisse !

Être déloyale

Il explique les nombreuses projections que nous faisons sur l'argent (qu'elles soient positives : sécurité, liberté... ou négatives)

On se dit par exemple qu'avoir une bonne somme d'argent sur ses comptes bancaires permet de ressentir une certaine sécurité financière, matérielle... or il s'est aperçu que parmi certains de ses anciens clients, même avec des millions sur leurs comptes bancaires, ils étaient toujours inquiets de leur sécurité matérielle !

Il parle aussi (p 96) du lien entre le fait d'être un « enfant non désiré » (par exemple de ne pas être du sexe désiré par les parents - ce qui est son cas...) et notre relation à l'argent, qui se traduit par la croyance inconsciente qu'on ne mérite pas la vie, donc on ne s'autorise pas à vivre pleinement...

« Le fait de ne pas avoir été désiré nous demande de nous construire par nous-mêmes sans attendre les compliments ou les mots d'amour des parents. Le piège est de rechercher à l'extérieur ce que je ne arrive pas à me donner à moi-même... »
(p 98)

Un autre paragraphe m'a beaucoup interpelé, au sujet de la « loyauté familiale », le fait qu'inconsciemment nous ne nous autorisons pas à faire mieux (ou différemment) que nos parents, que nous ne nous autorisons pas à réussir là où nos parents n'ont pas réussi...

 

Pour ma part, je m'autorise désormais à être déloyale à l'idée :

> qu'il faut souffrir pour mériter l'argent qu'on gagne en travaillant...
et oui je m'autorise enfin à prendre les choses avec plus de légèreté (moi qui suis habituellement tellement sérieuse... être un peu plus légère dans ma façon de prendre les choses ne me rendra pas moins sérieuse dans mon travail, mais m'épargnera juste une fatigue inutile !)

> et en tant que femme, que je dois faire passer les besoins des autres en priorité par rapport à mes besoins.

 

Il donne l'exemple de parents qui font « le gros dos et résiste à toutes les souffrances de mon travail  pour me montrer responsable », risquant ainsi une maladie ou un burn out...

« Quand je rencontre quelqu'un dans cette situation dans un atelier, qui juge ce comportement normal et obligatoire, je pose la question suivante : « Espères-tu que tes enfants suivront ton exemple en ne se réalisant pas et se sacrifiant pour les autres ? » Il est exceptionnel que la réponse soit « oui », mais fréquemment qu'elle soit « surtout pas » !
(p 151-152)

 

Bonus du jour

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article