Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hors compétition... enfin !

Hors compétition... enfin !

Mon parcours pour obtenir mon diagnostic...

Relations formelles & relations informelles

Relations formelles & relations informelles

À la réflexion, je réalise que j’ai tendance à être trop « formelle » dans les relations formelles, ne pas oser sortir de « ce qui se fait », ne pas oser être plus authentique, plus spontanée… et le paradoxe, c’est qu’au moins ça me donne des repères, des repères de où sont les limites à ne pas dépasser :
-> moi envers l’autre (ne pas être trop intrusive avec un.e patient.e)
-> mais aussi l’autre envers moi (quand je vois qu’il commence à dépasser les limites de « ce qui se fait » dans la relation patient/soignant).

Donc cette « rigidité », ce « manque spontanéité » que je peux me reprocher, ce « formalisme » est finalement aussi un sacré soutien, un sacré appui… qui me fait tant défaut dans mes relations informelles/personnelles… où tout est possible, ce qui d’un côté est appréciable, mais aussi fait que je n’ai plus de repères...
Mon seul repère possible est de me concentrer sur moi, mes besoins, mon ressenti confortable ou inconfortable… ce qui n'est pas évident du tout étant donné que je n'y arrive qu'en dehors de la présence de l'autre (comme évoqué dans l'article Se déconnecter pour s'adapter)
Faudrait-il que j'instaure régulièrement des moments de pause pour me retrouver seule et faire le point sur mes ressentis ? (un peu comme lorsqu'on s'éclipse pour aller aux toilettes...)

Il semblerait que je donne trop, que je donne bien plus que ce que l'autre n'est prêt à me donner... je donne en fonction des besoins de l'autre, de ses attentes car je veux son bonheur... tout simplement !

D'autant plus que Raiponce m'a donné beaucoup (notamment niveau acceptation) donc j’avais envie de lui rendre autant qu’elle m’a apporté !
(de ce côté-là, je me demande si mon côté « idéaliste » ne me joue pas un peu des tours face aux personnes qui ont peu de considération pour les choses positives présentes dans leur vie…)

Quel bazar la compensation… une sorte de cercle vicieux…

Je loupe l’attente d’une personne, donc par la suite j’ai tendance à trop en faire, être trop attentionnée (ce que la personne ne trouve pas désagréable) sans prendre en considération si l’autre me rend la pareille, a à peu près autant d’égard pour moi que j’en ai pour elle…

Il va me falloir apprendre à « laisser tomber », « lâcher l'affaire », à me dire que si l’autre personne tient à moi, ben elle viendra vers moi, que ce n’est pas toujours à moi d’aller vers elle, que cette relation n’est peut-être pas importante pour moi si l’autre personne en face ne la considère pas ainsi.

Et puisque ce n’est pas bon pour moi de vouloir m’adapter aux autres (vu que j’ai bien du mal à distinguer adaptation et hyperadaptation), à moi de poser mes limites, mes conditions...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article