Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hors compétition... enfin !

Hors compétition... enfin !

Mon parcours pour obtenir mon diagnostic...

Les reproches...

Raiponce me dit que je me remets tout le temps en question, et c'est vrai que je vois bien que j'essaie tout le temps de m'adapter aux attentes des autres... Pour éviter leurs reproches ?

La psychologue du CRA m'a dit qu'il fallait que j'arrête d'agir ainsi... alors va sûrement revenir ce reproche que j'ai déjà entendu un certain nombre de fois :

« Tu ne penses qu'à toi ! »

(ah ça, c'est évident... je ne suis pas capable de penser en même temps à mes besoins et à ceux l'autre, donc si je ne suis plus focalisée sur ceux de l'autre... ben voilà !).

Que me préparer à répondre à ça ?

« Tu as le droit de le penser » m'avait un jour soufflé Mickey...
(sous-entendu, « tu le penses, c'est ton point de vue, mais n'oublie pas que ce n'est pas forcément la réalité... »)

Et comment se dire qu'on a tort de faire tous ces efforts pour s'adapter, s'intégrer... surtout après avoir vu et entendu une personne comme Hugo Horiot expliquer que lui aussi en a fait tant, car il en avait marre d'être rejeté...

 

Cette psychologue m'a aussi parlé des « projections » que les autres peuvent faire sur nous... et ça m'a rappelé les choses très intéressantes lues dans le livre « Comme les chevaux, ensemble et puissants » de Linda Kohanov, où elle définit ainsi le phénomène de « projection » :

« Punir, rejeter, persécuter les autres pour les faiblesses et défauts que l'on se refuse à voir chez soi »

« Rejeter la faute sur les autres pour ne pas assumer la responsabilité de nos actes »

 

 

ça y est ce soir, j'ai parlé à Raiponce de mes besoins... elle a eu l'impression que je lui reprochais des choses, elle s'est éloignée... me laissant à mes larmes... puis elle est revenue me prendre dans ses bras (quand même...).

Elle m'a redit ce qu'elle m'a déjà dit plusieurs fois, que si c'est trop compliqué pour moi cette relation, on peut être juste « amies »...

Elle ne semble pas être prête à faire des efforts pour être plus compréhensive et bienveillante envers moi...
Elle me dit que les autres « m'aiment comme je suis », donc que je ne devrais pas écouter leurs reproches (donc les siens non plus... j'en déduis !)...
Mais pourquoi les autres nous font des reproches si en réalité, on ne devrait pas en tenir compte ???

Comment faire le tri entre :

=> les « reproches utiles », ceux que j'ai intérêt à écouter (ex : la fois où j'ai ouvert la porte du salon chez Raiponce... et son chat a profité du fait qu'il n'y avait pas de drap sur le canapé pour y faire ses griffes...)

=> et ceux que je devrais laisser rentrer par une oreille et ressortir par l'autre... Ceux où l'autre me demande de changer quelque chose dans ma façon d'agir, de me comporter, et au lieu de le faire, je devrais répondre que « non c'est ton problème, débrouille-toi » (grosso modo).

Peut-être quand l'attente de l'autre me semble « illégitime », que l'autre est trop exigeant à mes yeux, en veut trop rapport à ce que je peux donner, par rapport à mes besoins... mais mes besoins n'ont tellement pas été écoutés, satisfaits, lorsque j'étais enfant que c'est sûrement difficile pour moi d'imaginer pouvoir laisser l'autre réclamer ce dont il a besoin et lui dire de se débrouiller sans mon aide... ça me ferait tellement mal qu'on me réponde « débrouille-toi sans moi », alors que je réclame si rarement l'aide de quelqu'un d'autre... Je n'ai pas envie d'infliger ça à quelqu'un, et pourtant il semblerait qu'il le faille... (si je comprends bien les choses).

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article