Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hors compétition... enfin !

Hors compétition... enfin !

Mon parcours pour obtenir mon diagnostic...

Histoire de référentiels...

Dans l'émission consacrée à Hugo Horiot dont j'ai parlé dans un billet récent, un passage (la 47ème minute) m'a fait beaucoup de bien ces jours derniers : lorsque Sophie Janois raconte qu'ils ont eu une histoire d'amour... puis qu'ils ne sont plus des amoureux mais ne peuvent pas se passer l'un de l'autre...
Voilà un chouette exemple à suivre pour moi avec Raiponce... notre relation va continuer, mais d'une manière différente...
Merci Sophie d'en avoir témoigné !

Lors de nos explications avec Raiponce, j'ai réalisé que nous n'avions pas le même « référentiel » et que c'était ça qui faisait que notre histoire ne pouvait pas continuer ainsi...

Un référentiel, c'est un « point de vue »...
=> Quand on est sur Terre, on a l'impression que le Soleil tourne autour de la Terre, et que c'est cela qui fait qu'il y a le jour et la nuit (référentiel « géocentrique »)
=> Puis à l'école on apprend qu'en réalité, c'est la Terre qui tourne autour de Soleil (référentiel « héliocentrique »), et que c'est la rotation de la Terre sur elle-même qui est responsable de cette alternance du jour et de la nuit...

Histoire de référentiels...

Pour essayer de comprendre les choses, je les compare très souvent à des situations que je connais.

Par exemple, Raiponce trouvait que je ne lui disais pas toujours ce que je faisais (quand je sortais boire un verre un midi avec Mickey par exemple)... et moi je ne voyais pas du tout pourquoi c'était important de lui en parler (puisqu'on ne vit pas ensemble !)... et cela lui donnait l'impression que je lui « cachais » des choses...

Je lui ai dit que je ne comprenais pas pourquoi c'était important de lui dire, et lui ai expliqué que je trouve souvent que les gens disent des choses sans que je comprenne pourquoi ils me les disent (leurs paroles me semblent tellement inutiles...), comme par exemple ma voisine que j'ai croisée dans la rue et qui me dit tout de go et toute contente qu'elle s'est fait faire un piercing au ventre : je ne lui ai rien répondu, mais j'ai trouvé ça déplacé de sa part, ça ne me regarde pas, c'est sa vie privée...

Et là, Raiponce m'a expliqué que le fait que je fasse ces comparaisons avec d'autres personnes lui donnait l'impression qu'elle n'avait rien de « spécial » à mes yeux...

Je lui ai répondu que bien sûr que si, elle est spéciale pour moi, vu que je lui parle ! En réalité il y a très peu de personnes à qui je parle par envie (sans y être obligée...) : les doigts d'une main suffisent à les compter, et elle est bien la seule avec qui j'échange quotidiennement !

Voilà donc un exemple de notre différence de « référentiel » : elle aurait besoin que je lui fasse sentir de différentes manières qu'elle est « spéciale » pour moi, alors que pour moi c'est évident qu'elle l'est !

Et je réalise que depuis le début de notre histoire, il y a un peu plus d'un an et demi, elle a fait beaucoup d'efforts pour s'adapter à moi, mais depuis quelques semaines ses besoins insatisfaits la faisaient souffrir, donc elle était devenue plus exigeante envers moi... et j'ai essayé d'y répondre, mais je n'y arrivais pas et ça me faisait souffrir...

 

C'est la première fois de ma vie où je vis une rupture, non pas parce qu'on ne s'aime plus, mais parce que nos besoins ne sont pas compatibles... je n'avais jamais réalisé que cela pouvait exister...

Un peu comme (encore une comparaison ^^) le jour où j'ai eu un accident de voiture où pour la première fois je n'étais pas en tort... (les 2 accidents précédents, j'étais en tort, donc pas surprenant qu'il m'arrive quelque chose de désagréable).

Bon, à la réflexion, cela semble logique qu'on puisse avoir un accident sans être forcément en tort (puisque c'est ce qui est arrivé pour l'autre lors de mes 2 premiers accidents)... mais le réaliser en ayant moi-même un accident (violent mais pas grave - pas de blessés) fut pour moi un choc... une prise de conscience, violente évidemment (à l'image de cet accident, où sur une route de campagne, j'étais tranquillement arrêtée derrière une voiture voulant tourner à gauche, et la voiture arrivant derrière moi roulait vite et a freiné trop tard...).

Il faut le temps pour digérer cette nouvelle donnée, intégrer l'existence de cette nouvelle réalité...

 

Bonus du jour

La gratitude

Cela rejoint un peu l'idée du premier exercice (mes 3 rayons de soleil de la journée), à la différence qu'ici, il s'agit de ressentir de la reconnaissance pour une personne (humaine ou animale non humaine) qui nous a apporté quelque chose de précieux...

En ce qui me concerne, je ressens cette gratitude envers :

- Sophie pour son témoignage dont je parle au début de ce billet

- et aussi Raiponce qui m'a aimé comme personne ne m'avait jamais aimé auparavent...
Merci à elle... je l'aime tellement, elle est comme un soleil qui illumine tant de choses dans mon quotidien... jusqu'au riz (dont elle m'a appris la cuisson à sa façon), et aux voitures 17 !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article